Claude Debussy – Pelléas et Mélisande – Ouverture

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Pelleas et MelisandeJe ne saurais vous dire exactement pourquoi j’aime tant l’ouverture de Pelléas et Mélisande, l’opéra de Claude Debussy… En fermant les yeux, on s’imagine au beau milieu de cette sombre forêt dans laquelle Golaud s’est perdu… On entend le bruissement des feuilles, on ressent le vent froid s’engouffrer entre les arbres… On aperçoit les ombres fugitives que dessinent les nuages défilant au clair de lune…

L’histoire de Pelléas et Mélisande est inspirée de celle de Tristan et Yseult: Pelléas et Mélisande vivent un amour défendu, auquel Golaud, jaloux de Pelléas, mettra fin en tuant celui-ci… La belle Mélisande ne s’en remettra pas. C’est Maurice Maeterlinck (prix Nobel de littérature en 1911), auteur de la pièce de théâtre du même nom que l’opéra, qui a écrit le livret du « drame lyrique » de Debussy.

L’opéra a déchaîné les foules, partagées entre pelléastres (défenseurs de l’opéra) et contrapuntistes (partisans des opéras plus classiques) : la première a été très chahutée, au point que la police a été obligée d’intervenir… Anecdote amusante (mais moins pour le pauvre Debussy): lorsque Mélisande déclare dans l’acte II (scène 2) « Je ne suis pas heureuse », la salle a répondu « Nous non plus! »

J’espère néanmoins que cette ouverture vous touchera… Bonne écoute!