Frédéric Chopin – Nocturne N°20 (posthume)

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Frédéric ChopinPar Joe Dufresne – Audituri Te Salutant!

Ce nocturne fut écrit par Chopin (1810-1849) en 1830 et dédié à sa petite soeur Ludwika.  Le nocturne oublié, sa publication ne se fera que 26 ans après sa mort, en 1875. Chopin, l’un des pères de la technique pianistique moderne, est également l’un des grands de la période romantique. Cela se ressent déjà dans ce nocturne, l’écriture de celui-ci ayant eu lieu à la fin de sa maturation artistique. Meurtri par le décès de sa soeur Emilia, enlevée par la tuberculose en 1827 (maladie qui finira par avoir raison de lui par la suite), la nostalgie, la mélancolie et les ravages de la solitude sont palpables dans ce morceau. Les premiers amours du compositeur ressortent également dans cette période. C’est l’espoir et l’idéalisation discrète pour une jeune cantatrice que d’aucuns perçoivent comme le catalyseur de l’essor du lyrisme tant affectionné de Chopin.

De forme très classique pour un nocturne (ABA), l’expressivité qui en ressort n’en demeure pas moins bouleversante. Les premières mesures, hésitantes et pesantes, introduisent le thème qui marie une profonde mélancolie, la grâce des trilles, et une ambiance résolument sombre. La deuxième partie, plus agitée, dépeint une certaine légèreté. Celle-ci semble toutefois forcée: elle s’évanouit quand les tonalité mineures reviennent (sournoisement?). C’est pour moi la marque que cette tristesse est envahissante et inévitable. Le thème principal revient en troisième partie, désormais résolue dans cette tristesse, le découragement allant en croissant, notamment dans les gammes finales.

Sur ces joyeuses pensées, je vous présente donc une interprétation par Vladimir Ashkenazy, célèbre pour avoir interprété l’oeuvre entière de Chopin. Qui mieux qu’un virtuose slave pour délivrer un tel mélange de vécu émotionnel et de technique?

  • http://www.facebook.com/profile.php?id=599686267 Goffredo O’Zoo

    Sortez les mouchoirs…

  • az

    Pov type

  • oooo

    Un morceau très dur à interpréter. Beaucoup essaye de le jouer mais ça n’a vraiment pas d’interêt, ils ne se contentent que de jouer les notes sans aucune interprétation. Et pourtant !! Ce morceau a tellement à donner…