Franz Schubert – Erlkönig

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Le Roi des AulnesEcoutons aujourd’hui un superbe lied de Schubert (1797-1828). C’est le deuxième que nous vous proposons après Ellens Dritter Gesang, publié dans le cadre de notre série Ave Maria.

Erlkönig (Le Roi des Aulnes en français) est un poème de Goethe dont les paroles sont données à la fin de l’article. En deux mots, ce poème tragique raconte l’histoire d’un enfant avec son père sur un cheval galopant. Passant devant une végétation inquiétante (l’aulne était l’arbre de la mort dans l’antiquité gréco-romaine), l’enfant apeuré prie son père de le protéger d’une créature maléfique qu’il aperçoit, le roi des aulnes. Celui-ci essaie d’attirer l’enfant à lui, avant de se résoudre à employer la force… Le poème, débuté et terminé par un narrateur, consiste donc en un dialogue entre l’enfant et son père qui, rationnel, ne voit de créature nulle part et tâche donc de le rassurer. Ce dialogue est entrecoupé par le discours aguicheur et pervers du roi des aulnes que seul l’enfant entend…

Pour mettre en musique ce poème effrayant, Schubert a choisi de ne faire chanter qu’une seule personne pour interpréter à la fois le narrateur, l’enfant, le père et le roi des aulnes. Afin de différencier ces personnages, le compositeur a recours à des changements de tonalité (mineure pour le narrateur qui a conscience du drame qui se joue, majeure et mineure pour le père rassurant, mineure pour l’enfant angoissé, majeure pour le roi suave ), des nuances, et des changements de registre (Haut pour le narrateur, plus haut pour l’enfant, bas pour le père, moyen pour le roi).

Sur cette interprétation de la grande Jessye Norman, l’intensité émotionnelle donne des frissons. Comment rester insensible face à une telle voix, et à une telle expressivité (yeux, visages, timbre de voix…)?

Pour l’anecdote, Schubert composa ce Lied à 20 ans et en envoya une copie à Goethe en avant-première. Celui-ci ne donna pas de réponse…

Notez comme les premières notes figurent bien le galop du cheval… Bonne écoute.

Poème le Roi des Aulnes

  • http://www.facebook.com/profile.php?id=599686267 Goffredo O’Zoo

    Proprement u00e9blouissant. Compositeur gu00e9nial, Diva gu00e9niale, bon son, bon montage. Du pur bonheur. Je peux l’u00e9couter 1000 fois de suite

  • albireo

    Superbe interpru00e9tation !

  • Satrianist

     Un superbe Lied merveilleusement interprété.
    Si Goethe n’a pas répondu, c’est parce qu’il pense que la musique de devait jamais devenir plus importante et présente que le texte. Mais Schubert à choisi de monter l’expressivité au plus haut point. Et ça ne plaira pas à Goethe qui préférait les petits Lieder simple de Zelter ou Reichardt…

  • Pingback: Franz Schubert – Der Tod und das Mädchen (La jeune fille et la mort) | La musique classique()