Johannes Brahms – Ouverture pour une fête académique

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Johannes BrahmsUn peu de majesté ce soir avec Johannes Brahms et cette Ouverture pour une fête académique, écrite en remerciement pour sa nomination comme docteur honoris causa à l’université de Breslau. Il avait d’abord pensé à remercier l’université par un petit mot, mais un de ses amis lui ayant fait remarquer que de sa part, c’était peut-être un peu juste, le compositeur a finalement décidé d’écrire cette ouverture. Il s’est un peu amusé, en récupérant notamment des chansons étudiantes, comme « Wir hatten gebauet ein Stattliches Haus« , qu’on entend ici à partir de 1:43, et en les transcrivant pour orchestre symphonique.

Voici l’orchestre de Paris, dirigé par Paavo Järvi.

Johann-Sebastian Bach – Partita N°2 – Chaconne, par Yehudi Menuhin

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

yehudi menuhin au violonNous fêterons demain les 100 ans de la naissance d’un très grand violoniste du XX° siècle : Yehudi Menuhin (1916-1999). Né à New-York, il a très vite démontré son talent et sa virtuosité, enregistrant son premier disque à 12 ans, début d’une longue et belle carrière…

Nous le retrouvons ici dans la chaconne qui conclut la partita N°2 pour violon seul de Bach, célèbre pour sa difficulté.

Antonio Vivaldi – La fida ninfa – alma oppressa

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

VivaldiAntonio Vivaldi est sans doute plus célèbres pour ses nombreux concertos que pour ses opéras, genre dans lequel il a pourtant été prolifique, en comptant près d’une cinquantaine à son actif. Nous vous proposons ce soir d’écouter Alma oppressa, un air tiré de La fida ninfa (La nymphe fidèle), interprété par la mezzo-soprano américaine Vivica Genaux, qui fait montre ici de toute sa virtuosité.

Wolfgang A. Mozart – Sonate pour piano et violon K. 304

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Wolfgang Amadeus MozartUn peu de musique de chambre ce soir, avec cette sonate pour piano et violon Köchel 304 de Mozart, en mi mineur. Mozart l’a composée en 1778 lors d’un séjour à Paris, durant laquelle sa mère Anna Maria a trouvé la mort (ses obsèques ont eu lieu à l’église Saint-Eustache, et son corps fut inhumé dans l’un des cimetières attenants, désormais disparus), ce qui peut expliquer la tonalité triste de ce morceau. Celui-ci commence sur un unisson piano/violon, donnant un aspect énergique à la musique, avant de laisser place à une musique plus douce. Le duo soviétique Richter (piano) / Kagan (violon) est ici à l’oeuvre.

Jean-Sébastien Bach – Oratorio de Pâques – Sinfonia

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Jean-Sébastien BachProfitons de ce week-end de Pâques pour continuer à explorer l’oeuvre sacrée de Bach. Après l’extrait de la Passion selon Saint Matthieu qu’il seyait d’écouter vendredi, voici maintenant un morceau plus joyeux, tiré de l’oratorio de Pâques (BWV 249), en l’occurence la Sinfonia, qui ouvre l’oeuvre. L’oratorio reprend le passage de l’Evangile selon Saint Jean où les apôtres Pierre et Jean courent au tombeau de Jésus, après que Marie-Madeleine leur a annoncé que celui-ci était vide.

Bon week-end à tous !

Jean-Sébastien Bach – Passion selon St Matthieu – Erbarme dich Mein Gott

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
reniement de Saint Pierre - tableau du Caravage
Le Caravage – Le reniement de Saint Pierre

Vendredi Saint oblige, nous vous proposons ce soir un extrait de la superbe passion selon Saint Matthieu de Bach, dont nous vous avions présenté l’ouverture.

Ce soir, le passage choisi correspond aux larmes pleines de remords de Pierre, se rendant compte qu’il a renié Jésus par trois fois, comme celui-ci le lui avait annoncé. Les paroles, et un semblant de traduction :

Erbarme dich, mein Gott, Aie Pitié mon Dieu
um meiner Zähren willen! Devant mes larmes!
Schaue hier, Herz und Auge Vois donc mon coeur et mes yeux
weint vor dir bitterlich. Qui pleurent amèrement devant toi.
Erbarme dich, mein Gott. Aie pitié, mon Dieu.

C’est le célèbre contretenor allemand Andreas Scholl qui interprète ici cet air.

Heitor Villa-Lobos – Bachianas Brasileiras nº 4 – Prelude

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Villa Lobos

Une musique brésilienne empreinte de nostalgie ce soir, avec ce prélude de la quatrième des Bachanias Brasileiras d’Heitor Villa-Lobos, compositeur que nous vous avions présenté il y a quelques temps avec son prélude N°1.

C’est un célèbre pianiste brésilien qui officie ici, en la personne de Nelson Freire.