lamusiqueclassique.com vous présente Dolce Suono

La Scala de MilanChers auditeurs/lecteurs,

Comme vous le savez, le principe de lamusiqueclassique.com est de faire découvrir la musique classique au plus grand nombre, de manière simple: une vidéo musicale, et quelques commentaires pour l’accompagner. Cela fait bientôt quatre ans que nous essayons tant bien que mal de faire vivre ce blog, et nous en avons été récompensés, le site ayant désormais une audience que nous n’espérions pas à son lancement!

Vous l’ignorez peut-être, mais les membres de l’équipe de rédaction prennent sur leur temps personnel, le soir après le travail, pour rédiger ces articles de manière totalement bénévole. Depuis quelques temps, nous nous posions la question de savoir comment nous pourrions mettre à profit le travail accompli. Nous pensons avoir trouvé la réponse… en vous mettant à contribution :-)

Vous l’avez probablement remarqué, de légers bandeaux publicitaires ont fait leur apparition sur le site. Ces publicités ont en effet vocation à générer un petit revenu, qui sera intégralement reversé à une bonne cause, a priori une association en lien avec la musique classique…

A cet effet, nous avons constitué une association, qui porte le nom de « Dolce Suono » (si cela n’évoque rien pour vous, cliquez ici!)

En consultant régulièrement le site et en en parlant autour de vous, vous participez donc à un projet de bienfaisance, tout en promouvant cet art magnifique qu’est la musique classique.

A demain, pour un nouvel article!

L’équipe de lamusiqueclassique.com
Henri, Thib, Stan, Geoffroy et Alex

Publié dans Non classé | Marqué avec | View Comments

Frédéric Chopin – Les 21 nocturnes interprétés par Claudio Arrau

NocturnePar Références Classiques – Audituri Te Salutant!
L’atmosphère profondément intériorisée des Nocturnes, leur aspect de murmure tourné vers soi, à rebours de tout effet spectaculaire, est en fait ce qu’il y a de plus difficile à rendre. L’extrême pudeur et l’extrême poésie d’Arrau qui égrène chaque note, chaque arabesque, chaque inflexion du piano avec une retenue presque douloureuse donnent à ces Nocturnes quelque chose de poignant.Se remémorant, au creux d’une nuit qui pourrait être ultime, les tendresses qui l’ont effleuré, les drames qui l’on griffé, les rêveries qui l’ont bercé, Arrau, à travers Chopin, dialogue avec lui-même et l’on est presque gêné d’être présent.
Son piano, aux sonorités chaudes ou argentées, automnales ou apaisées, est comme un carnet intime sur lequel il note des secrets en se les fredonnant, avec une poignée de souffle qui vient embuer la vitre devant laquelle il veille. Au creux de cette nuit qu’on partage avec lui, c’est toute une vie qui passe en vingt et un poèmes envoûtants qui sont vingts et un chefs d’oeuvres recréés.
Note : La liste et le minutage des Nocturnes sont accessibles dans le descriptif de la vidéo.
Source : Le guide Alain Duault

Publié dans Nocturne, Piano | Marqué avec , , , | View Comments

Piotr Tchaikovski – Eugène Onéguine – Scène de la lettre

TchaikovskiRetour à la culture russe avec l’opéra Eugène Onéguine de Tchaikovski! Celui-ci est tiré du roman en vers du même nom d’Alexandre Pouchkine. L’histoire en est la suivante:

Tatiana, vivant dans une famille paysanne, tombe sous le charme d’Eugène Onéguine, un ami de Lenski, fiancé de sa soeur Olga, lorsqu’elle le voit pour la première fois. Tatiana écrit le soir même une lettre d’amour à Onéguine, qui lui répondra malheureusement qu’il n’est pas homme à tomber sous le charme de la première venue, et ne sent pas destiné au mariage…

Un peu plus tard, lors d’une fête donnée en l’honneur Onéguine s’amuse à flirter avec Olga, ce qui rend son ami Lenski fort jaloux,  à tel point que la querelle se termine par un duel, dans lequel Onéguine tue Lenski.

L’action reprend quelques années après. Onéguine est malheureux, il pleure son ami le plus cher, mort de sa main, et se réalise à quel point sa vie est vide de sens… C’est dans ce contexte qu’il va revoir Tatiana, désormais mariée. Il se rend alors enfin compte qu’il l’aime, et vient se jeter à ses pieds. C’est trop tard : Tatiana, en larmes, lui avoue qu’elle l’aime toujours, mais qu’elle restera fidèle à son mari… Il ne reste plus à Onéguine que ses yeux pour pleurer…

Place à la musique de Tchaikovski, et au célèbre air de la lettre, avec Renée Fleming dans le rôle de Tatiana. J’aime bien la manière dont les instruments à vent parviennent à traduire l’empressement et l’excitation de Tatiana écrivant cette lettre décisive…


Publié dans Opéra | Marqué avec , , , | View Comments

Sergueï Rachmaninov – Symphonie N°1 – Mouvement IV

RachmaninovNous vous avions déjà présenté le 1er mouvement de la 1ère symphonie de Rachmaninov à l’occasion de la sortie du DVD « Rachmaninov » de Pavel Lounguine. Aujourd’hui, allons directement au mouvement final qui, comme souvent avec l’ami Sergueï, est à couper le souffle. L’intensité du passage entre 3:00 et 3:40 n’a rien à envier aux métalleux les plus allumés ;-)

Rachmaninov avait 22 ans lorsqu’il composa cette symphonie. Si jeune et pourtant déjà au niveau de Tchaikovski (un de ses modèles). Je trouve aussi qu’il y a du Berlioz dans ce morceau, à cause de l’audace avec laquelle Rachmaninov fait intervenir toute la palette des instruments de l’orchestre symphonique. Y compris les percussions. Il y a du taratatam, du dzim et du boum. La fin, à partir de 10:40, est tout simplement surpuissante.

Si vous avez besoin de calme ou d’esthétisme rassurant, n’écoutez pas ce morceau maintenant! Il y a quelque chose d’infernal dans cette pièce.

Publié dans Symphonie | Marqué avec , , | View Comments

Joyeux anniversaire – Misha Rachlevsky – Orchestre de Chambre du Kremlin

Vendredi, c’est hors-jeu ! Et en ce 27 février nous vous proposons l’écoute de variations de l’un des airs les plus connus au monde, chanté des millions de fois par jour à travers la planète.

A la baguette et à la direction de l’Orchestre de chambre du Kremlin: le chef d’orchestre russe Misha Rachelvsky. Cette vidéo a été enregistrée en 2001 dans la Grande Salle du Conservatoire de Moscou. Les oreilles averties reconnaîtront les styles propres de certains grands compositeurs, notamment de la période romantique !

Publié dans Hors-jeu, Variations | Marqué avec , | View Comments

Félix Mendelssohn – Sonate écossaise (Fantaisie en fa# mineur)

MendelssohnMendelssohn fut un de ces artistes romantiques fascinés par l’Ecosse. Il fut cependant l’un des seuls (connus) à faire l’effort de s’y rendre, puisqu’il en fit le tour, à pied, à l’âge de 20 ans. Il en tira visiblement beaucoup d’inspiration. Pour ne citer que des oeuvres déjà présentées sur ce blog, voir Les Hébrides (Fingal’s Cave) et la Symphonie Ecossaise!

Le morceau du jour est très beau mais je trouve personnellement difficile d’y sentir l’Ecosse avec évidence.Peut-être que les moments violents et le final bouillonnant évoquent l’histoire guerrière des écossais. Peut-être aussi que les ralentis (avec force pédale!) sont censés rappeler les lacs brumeux… En revanche, ceux qui écoutent Beethoven n’auront guère de mal à percevoir l’héritage du maître de Bonn dans ce morceau. La Sonate Pathétique et la Sonate au Clair de Lune n’auraient pas existé, je me demande si Mendelssohn aurait pu faire la même chose… D’ailleurs cette sonate fut composée dans les années 1830, Beethoven étant en mort en 1827. Difficile de penser qu’alors, Félix n’avait pas en tête les chefs-d’oeuvre de Ludwig au moment de s’asseoir à sa table de composition.

Le morceau n’est pas court mais cela vaut le coup d’aller au bout. Certains passages sont grandioses!

Publié dans Piano, Sonate | Marqué avec , , , , | View Comments

Jean-Baptiste Lully – Marche royale

LullyLully est un compositeur français d’origine italienne, qui fut le surintendant de la musique de la première partie du règne de Louis XIV. Bien que nous en parlions peu dans notre blog, cet homme a marqué l’histoire de la musique française et son nom est un de ceux qui symbolisent la rigueur de la période baroque. Nous avions cependant déjà présenté sa célèbre Marche pour la cérémonie des Turcs.

Aujourd’hui, nous vous proposons la Marche royale. Très martiale, elle donne envie de marcher d’un air important…

Publié dans Marche | Marqué avec , , , | View Comments

WA Mozart – Symphonie N°5

Mozart enfantDepuis la mort du génie de Salzbourg, l’expression « petit Mozart » est devenue une manière de parler d’un jeune prodige, quelque soit la discipline. La symphonie suivante a été composée par le jeune Wolfgang durant un séjour aux Pays-Bas, en 1765, alors qu’il avait… 9 ans.

Après écoute, j’imagine que, comme moi, vous vous demanderez comment un enfant si jeune, sans ordinateur, sans chaîne Hi-Fi, sans Spotify (!) pouvait produire des mélodies si bien tournées. Combien de compositeurs adultes et moins doués auraient bien aimé créer quelque chose de ce niveau. D’accord, ça ne vaut pas la 5° de Beethoven, mais quand même, c’est pas mal!

Publié dans Symphonie | Marqué avec , , | View Comments